Je brûle

 

 

Nous dansons « Je brûle » à ce point particulier de notre existence, virage de la maturité, derrière lequel s’appréhende le possible déclin de notre vitalité.

 

« Je brûle » est la conscience de cette dépense vitale à son sommet, et le désir d’en diriger le destin personnel.

 

Le je de « je brûle » est impertinent : son principe est l’absence de modération, peut-être de modestie. C’est la recherche d’un état d’avant la modestie, un état d’enfance, flamboyant et strident.

 

 

IL Y A DEUX MANIÈRES DE S’ENFLAMMER, : S’ECHAUFFANT PAR SON PROPRE MOUVEMENT, AUSSI BIEN QU’AU CONTACT DU FEU.

Lucrece – De la nature

 

 

 

  • Création au lieu « En Cours », à Villeurbannes (69) les 18 et 19 Avril 2003.

  • Théâtre de l’Opprimé, Paris, les 1 et 2 décembre 2003,

  • La Chaufferie-DCA à Saint-denis 24 octobre 2004.

  • Studio Théâtre de Stains, le 27 octobre 2004.

Chorégraphie     Séverine Delbosq 

 

         Danse 

 

Géraldine Berger

Estelle Bordaçarre

Séverine Delbosq 

Marie-Pierre Lagarrigue

Maxence Rey

 

           Costumes         Mö de Lenfé

           Musique          J.S Bach                        Création son     Jacques Paris

 

 

 

© 2015 L'essoreuse

Péniche Farnèse L'Île Saint-Denis