Corps en marche pour le climat - septembre / décembre 2015

Pourquoi le butò ?

 

       Si l’évolution technologique et scientifique 

génère des besoins nouveaux, le corps garde les traces d’un milieu naturel auquel il est relié bien en-deçà de cette évolution; les méfaits de la sédentarité et la nécessité d’activités physiques régulières le révèlent suffisamment. Lorsqu’il n’est pas coupé de sa faculté à éprouver le monde, notre être profond s’ajuste à une certaine frugalité. Se « re-lier » à son corps permettrait-il de s’affranchir de la machine consumériste ?

 

Parfois qualifié de mouvement artistique post-Hiroshima, le butô traduit un rapport du corps originel à son milieu. A travers des états de corps -végétal, animal, minéral- ou des mises-en-scène saisissantes, il révèle le corps en crise face aux aberrations technologiques, ou excès divers (nucléaire, catastrophes naturelles, etc.) et son besoin à retrouver un rapport harmonieux avec un environnement adapté.

Parce que le corps est directement affecté par les bouleversements environnementaux, il constitue un système d’alarme ultra-pertinent face aux dérives multiples. Sa mise en jeu sur la scène mondiale s’impose comme symbole de cette urgence vitale. En donnant à voir le sensible, on touche chacun dans ce qu’il a de plus intime. Danser au-dehors de la boîte noire permet en outre la reconquête de la sensibilité naturelle au milieu que chaque humain porte en lui en tant que « corps-monde ». Enfin, les pratiques artistiques ou culturelles qui développent la sensibilité organique renvoient à des impératifs divergeant radicalement de la dépense consumériste de l’avoir. 

 

Contact : r.buto.climat@gmail.com

 

 

 

 

 

Afin de soutenir à travers un impact visuel la mobilisation militante face au bouleversement climatique, les danseurs ont décidé de performer collectivement à Paris et à l’Ile-St-Denis. 

Mais face à l'interdiction de la marche due à l'état d'urgence, nous avons dû revoir nos modes d'action et parfois nous disséminer au lieu de nous rassembler. Nous avons aussi rejoint les 10 000 participants de la chaîne humaine pour le climat. Et, à travers diverses expériences (ressentir la chaleur de l'autre, fabriquer une toile d'araignée humaine à l'aide de fils de soie transparents,...) et transformations de la chair (devenir corps-planète, animal, éprouver le déséquilibre, mettre sa peau à nu...) manifester une présence paisible.

 

 

 

 

CALENDRIER

 

  • Performances collectives les 20 juin au parc de l’Ile-st-Denis et 28 juin à Paris-République.

  • Vendredi 28 et samedi 29 août, travail intensif er performances à l’Ile-st-Denis et à Paris.

  • Performances les vendredi 25 septembre à l’Ile-St-Denis et samedi 26 septembre à Paris-République, à l’occasion de l’arrivée du Tour de France à bicyclette du collectif Alternatiba.

  • Dimanche 29 novembre : grande performance à Paris à l’occasion de la mobilisation citoyenne en préambule aux négociations du Bourget. En connexion avec des danseurs situés un peu partout dans le monde. Plateforme web et films en ligne.

  • Intervention première quinzaine d’octobre à l’université de Bobigny ;

  • Performance artistique participative qui intégrera des participants danseurs ou non-danseurs le 12 décembre 2015.

  • D’autres rendez-vous sont à l’étude, notamment des performances localisées ailleurs en France, des expérimentations à l’occasion du village des alternatives à Montreuil, un échange artistique avec le 104 … 

© 2015 L'essoreuse

Péniche Farnèse L'Île Saint-Denis